Menu

PCP-AFOP c’est effectif

Le MINADER et le MINEPIA ont co-présidés la cérémonie officielle de lancement des activités de la troisième phase du Programme d’Appui à la Rénovation et au Développement de la Formation Professionnelle dans les secteurs de l’Agriculture, de l’Elevage et des Pêches, Phase de Consolidation et de Pérennisation (PCP-AFOP). 

Lire la suite...

Le mot du Coordonnateur National

Le Gouvernement du Cameroun a entrepris depuis 2008, la rénovation de son dispositif de formation agropastorale et halieutique. Ce processus, engagé à l’issue d’une période d’ajustement structurel qui a fortement affaibli ce dispositif a eu pour bras séculier le Programme d’Appui à la rénovation et au développement de la Formation Professionnelle dans les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et des pêches (AFOP). Il a bénéficié d’un financement de la remise de dette dans le cadre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D).

Après deux phases successives de 4 années chacune, ce processus de rénovation concerne aujourd’hui 96 centres de formation et 26 écoles répartis dans toutes les régions du pays, dont l’organisation (cogestion avec les acteurs du territoire) et le fonctionnement pédagogique (démarches et outils d’organisation, animation et évaluation de la formation et insertion) ont été transformés. En outre, au-delà du segment « formation professionnelle », les centres et écoles rénovés fournissent également des services techniques et financiers pour l’accompagnement à l’insertion des jeunes sortants. Depuis 2015, ce sont environ 3000 jeunes qui sont formés en moyenne chaque année dans les centres et les écoles et 1000 d’entre eux qui s’installent en tant qu’agriculteurs/pêcheurs avec l’appui du programme AFOP (les autres s’installent sans appuis ou, dans la plupart des cas, rejoignent l’exploitation familiale qu’ils contribuent à moderniser).

Cette rénovation, a rempli l’essentiel de ses objectifs en matière de performance et d’exclusivité, mais à un coût récurent nécessairement supérieur à la situation de référence (environ 10 MEUR/an) soit 6,6 milliardsFCFA. Elle a aussi permis, grâce à l’appui technique et institutionnel de Montpellier SupAgro, de générer un capital d’expertise camerounais de grande qualité, dont la préservation est un enjeu essentiel à la pérennité de ce dispositif.

Le Gouvernement du Cameroun et l’AFD ont convenu d’une troisième phase 2017-2022) de financement du C2D pour d’une part poursuivre la contribution à l’emploi des jeunes et à la croissance inclusive et durable des territoires ruraux au Cameroun et d’autre part consolider et pérenniser les acquis du dispositif rénové.

A ce titre, cette phase dénommée PCP-AFOP (AFOP Phase de Consolidation et Pérennisation) n’est plus un programme « comme les autres » et aura comme fil directeur d’organiser et de préparer  le perfectionnement et le transfert de ses fonctions aux structures pérennes des ministères de tutelle ainsi qu’aux territoires. L’objet AFOP, pour structuré et efficace qu’il soit, reste et doit en effet rester un véhicule éphémère de la transformation et de la rénovation du dispositif camerounais de formation et d’insertion des jeunes dans les métiers agropastoraux et halieutiques.

Il doit non seulement maintenir les objectifs techniques issus des phases antérieures en terme d’opérationnalité et fonctionnalité des structures rénovées, mais également développer et viser les objectifs techniques nouveaux liés au perfectionnement du dispositif actuel (massification, thématiques nouvelles, ateliers pédagogiques…) et enfin  des objectifs de  transfert des fonctions jusqu’alors animées par AFOP aux nouveaux récipiendaires. Ce dernier groupe d’objectifs liés aux mutations organiques et managériales sont de nature qualitative et quantitative.

Le site web AFOP se veut alors une vitrine qui tout en présentant l’actualité et les réalisations de ce processus innovant et structurant, fait aussi la capitalisation de connaissances, véritable défi en termes d’expériences, de démarches et d’outils méthodologiques, organiques, managériaux et institutionnels à partager au plan national et international.

J’exhorte les lecteurs à vivre avec nous cette aventure de développement du capital humain au service de l’agriculture, de l’élevage et des pêches, à travers la formation en milieu rural des jeunes dans la perspective de création des richesses, d’auto emploi des jeunes ruraux tout en préservant l’environnement de production.

Le Coordonnateur National

Lire la suite...
Abonnez-vous à ce flux RSS

Connexion ou S'inscrire

Mot de passe oublié ? / Identifiant oublié ?