Menu

Success story, Moïse Mbongang, un Exploitant Agricole bien futé

Success story, Moïse Mbongang, un Exploitant Agricole bien futé

A peine sorti de formation et attente de financement, le jeune EA5 abat ses premières cartes dans la pisciculture.

Il fait partie de la première cuvée des jeunes formés au Centre International d’Initiation au Développement de Ngalla (CIID) et de la cinquième promotion des Exploitants Agricoles du dispositif rénové de formation et d’accompagnement à l’insertion PCP-AFOP dont les évaluations terminales ont été validés les 05 et 06 novembre 2019. Ce qui ouvre la porte à ses camarades et lui à l’accompagnement à l’insertion comme le prévoit le dispositif. La survenue malheureuse de la COVID 19 ayant ralenti quelque peu les activités notamment la tenue des commissions territoriales et financières en raison du respect des mesures barrières, l’élan de certains jeunes s’est estompé. Ce qui n’est pas le cas de Moïse qui pendant les périodes d’alternance auprès des référents s’est passionné dans la pisciculture. C’est cette passion qui va le pousser à mettre sur pied deux étangs piscicoles de 400 m2 contenant chacun 2500 alevins de clarias communément appelé poisson silures associé à la culture du maïs sur un demie hectare.

Aidé de deux camarades, ils projettent la création de deux étangs supplémentaires pour une production de clarias de 500 grammes soient trois tonnes par an et par étang. Grâce aux revenus des ventes escomptés, l’extension des parcelles pour la culture du maïs sera réalisée. Très discret et dans une humilité qui lui colle à la peau, le jeune EA5 formé au CIID de Ngalla entend se lancer dans un proche avenir dans la production des alevins car au nombre des difficultés qu’il rencontre il y a l’accès à l’aliment pour poisson et l’acquisition des alevins. Il faut ajouter à cela le coût et le déplacement vers Yaoundé pour l’approvisionnement.

Il n’en demeure pour autant pas pessimiste, bien au contraire il encourage ses camarades de formation à sortir de l’oisiveté « Nous avons beaucoup appris pendant notre formation surtout pendant les phases d’alternance, il nous faut pas dormir. Je remercie le Programme PCP-AFOP pour tout ce qu’il a fait pour nous. » NDLR : la formation des Exploitants Agricoles se déroule en alternance dont deux semaines au centre et deux semaines chez un référent. En attendant le financement, le jeune Moïse de par sa témérité, sa détermination et son courage reste un exemple à suivre pour non seulement les jeunes formés dans le cadre du dispositif rénové PCP-AFOP mais pour les autres jeunes camerounais qui souhaitent s’investir dans l’entreprenariat.
 

Laisser un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Connexion ou S'inscrire

Mot de passe oublié ? / Identifiant oublié ?